in

Google démystifie la théorie du « gonflement de l’index »

[ad_1]

John Mueller de Google démystifie la théorie de « l’Index Bloat », déclarant qu’il n’y a pas de limite au nombre de pages indexées par site.

Dans un épisode récent du podcast « Search Off The Record », l’équipe des relations de recherche de Google répond à des questions sur l’indexation des pages Web.

Un point clé de la discussion était le concept de « Index Bloat », une théorie qui a attiré l’attention au sein de la communauté SEO.

L’avocat de la recherche Google, John Mueller, réfute l’idée du gonflement de l’index, qui postule qu’une indexation excessive de pages inutiles peut avoir un impact négatif sur le classement des moteurs de recherche.

Cet article couvre les détails de la théorie du gonflement de l’index, la réponse de Google et les implications plus larges pour les pratiques de référencement.

La théorie derrière le gonflement de l’index

Le terme « gonflement de l’index » décrit une situation où les robots de recherche indexent des pages qui ne sont pas idéales pour les résultats de recherche.

Cela inclut une variété de pages, telles que des pages de produits filtrées, des résultats de recherche internes, des versions de pages imprimables, etc.

Les partisans de la théorie du gonflement de l’index soutiennent que ces pages compliquent la compréhension des sites Web par les moteurs de recherche, ce qui a un impact négatif sur les classements de recherche.

La théorie se rapporte au concept d’un budget de crawl, le nombre d’URL qu’un robot de recherche parcourra lors de chaque visite.

La théorie suggère que le gonflement de l’index peut conduire à une utilisation inefficace de ce budget de crawl, car les robots de recherche passent du temps et des ressources à collecter des informations inutiles.

La réponse de Google à la théorie du gonflement de l’index

Mueller réfute la théorie du gonflement de l’index en déclarant :

« Je ne suis au courant d’aucun concept de gonflement de l’index chez Google. Nos systèmes ne limitent pas artificiellement le nombre de pages indexées par site. Je m’assurerais simplement que les pages que vous fournissez pour l’indexation sont réellement des pages utiles, mais cela est indépendant du nombre de pages de votre site.

Cette déclaration remet en question la prémisse fondamentale du gonflement de l’index.

Selon Mueller, Google n’impose pas de limite artificielle aux pages indexées par site.

Plutôt que de se soucier d’omettre des pages de l’index de Google, Mueller pense que votre temps est mieux consacré à la publication de contenu utile.

Les « causes » du gonflement de l’index

Ceux qui soutiennent la théorie du gonflement de l’index citent souvent des causes telles que la duplication accidentelle de pages, des fichiers robots.txt incorrects et un contenu peu performant ou mince.

Cependant, Google suggère qu’il ne s’agit pas des causes d’un « gonflement de l’index » inexistant, mais des pratiques générales de référencement auxquelles les webmasters et les professionnels du référencement devraient prêter attention.

« Détecter » le gonflement de l’index

Les partisans de la théorie du gonflement de l’index ont suggéré d’utiliser des outils comme Google Search Console pour détecter le gonflement de l’index en comparant le nombre de pages indexées à ce qui est attendu.

Le point de vue de Google, cependant, implique que cette comparaison n’indique pas un problème. Cela fait partie de la gestion et de la surveillance régulières du site Web.

Le dernier mot

Malgré les conversations autour du gonflement de l’index, la position officielle de Google est claire : la notion est démystifiée.

Au lieu de cela, l’accent devrait être mis sur la garantie que les pages que vous fournissez pour l’indexation sont utiles et pertinentes.


Source: Recherche Google en mode privé

Image sélectionnée générée par l’auteur à l’aide de Midjourney.



[ad_2]

Written by manuboss

7 façons de maximiser les conversions de page de destination

Reddit – Plongez dans n’importe quoi